Communiqué 15

Crise universitaire

 

Le PCRCI dénonce l'immixion du pouvoir Ouattara dans la gestion des partis politiques.

 

 

 

Le Front Populaire Ivoirien avait programmé son congrès pour les 11, 12, 13 et 14 décembre 2014. Suite à des contradictions internes portant sur la candidature de Laurent Gbagbo au poste de président du parti, le président actuel du FPI, Affi N’guessan, candidat à sa propre succession a saisi la justice pour report du congrès. La justice prétextant de cette saisine, vient de reporter sine die ledit congrès. Le siège du FPI, le palais de sport de Treichville, lieu du congrès, sont encerclés par les forces de l’ordre. A y regarder de près le congrès ne pourra se tenir que sur décision de la justice.

Cette décision de la justice d’interdire la tenue du congrès d’un parti politique, suite à la saisine d’une partie de ce parti, est une grave atteinte à la liberté d’expression et d’organisation, en particulier au libre fonctionnement des partis politiques. En effet aucun trouble à l’ordre public n’a été constaté pendant la préparation de ce congrès. Les contradictions s’exprimaient à travers des meetings, conférences de presse et déclarations de presse. Du reste, les contradictions politiques à l’intérieur d’un parti politique sont résolues en dernier ressort par l’instance suprême du parti qu’est le congrès qui a été programmé et accepté de tous. Aussi la justice devrait –elle se dessaisir de l’objet de la saisine, à savoir le report du congrès. Agissant ainsi, cette justice aurait permis à la majorité du FPI, à ce congrès de trancher les questions en débat.

Le constat est que le pouvoir Ouattara très intéressé par l’affaiblissement de l’opposition, a trouvé l’occasion rêvée pour porter un coup à la liberté d’expression et d’organisation.

Le pouvoir Ouattara vient de créer un précédent qui continuera à nuire à l’expression de la démocratie interne au sein des partis politiques dans notre pays. Tous les opportunistes et espions au sein des partis politiques pourront désormais se prévaloir de cette décision de justice pour nuire aux partis auxquels ils adhèrent.

 

Le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI) dénonce l’immixtion du pouvoir Ouattara dans la gestion des partis politiques, dénonce l’interdiction du congrès du FPI, appelle le peuple à la vigilance contre ce type d’actes nuisibles à l’expression des libertés des partis politiques.

 

Abidjan, le 11 décembre 2014

 

Le Comité Central du PCRCI

 

i

 

 

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte D’Ivoire