Communiqué 22

Déclaration

 

SITUATION INSURRECTIONNELLE AU BURUNDI

 

LE PARTI COMMUNISTE REVOLUTIONNAIRE DE COTE D’IVOIRE (PCRCI) SOUTIENT LE PEUPLE BURUNDAIS CONTRE LA REPRESSION ET LES DECISIONS ANTI-CONSTITUTIONELLES

 

 

Depuis le 27 avril 2015, le peuple du Burundi est dans un processus insurrectionnel contre le pouvoir du président Pierre Nkurunziza. Ce denier au pouvoir depuis 2005, a décidé de briguer un troisième mandat de cinq ans à la tête de l’Etat. Le peuple insurgé exprime son désaccord avec cette volonté qui est contraire à la constitution et l’accord d’Arhusha du 28 août 2000 pour la paix et la réconciliation au Burundi qui a permis à ce pays de sortir de 15 années de guerre civile commencée depuis 1993 suite à l’assassinat du président Melchior Ndadayé. Ce troisième mandat est un mandat de trop et est le symbole de l’obsession du pouvoir à l’instar du dictateur militaire Burkinabé déchu, Blaise Compaoré. Nkurunziza, sourd à tous les appels au respect de la constitution et de l’accord de sortie de guerre civile à caractère ethnique, continue de faire face aux divers mouvements de protestations par la répression qui a fait à ce jour de nombreux morts, des blessés graves et des milliers d’exilés.

Soucieux de la nécessité du renforcement de la démocratie naissante reposant sur les équilibres ethniques et politiques préconisés par l’accord d’Arusha, le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire :

1.Dénonce la répression contre le peuple burundais et les démocrates en lutte contre le régime despotique et policier en place au Burundi.

2.Dénonce le parjure du président Nkurunziza.

3.Exprime son soutien aux luttes populaires, son entière solidarité avec le peuple en lutte et particulièrement avec les victimes (tués, blessés, détenus, refugiés…) et leurs familles.

4.Exprime son soutien aux aspirations du peuple à la démocratie et à la justice sociale.

5.Exige le départ de Nkurunziza et la mise en place d’un véritable régime démocratique.

Vive la lutte du peuple burundais pour la démocratie, le respect de la volonté populaire et des engagements pris.

 

 

Fait à Abidjan, le 9 juin 2015.

 

Le Secrétaire Général

EKISSI Achy