Communiqué 30

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire

Siège social : Williams ville Sogefiha Bat C, Appt H 264

17 BP 1096 Abidjan 17; Tel: 23 01 22 99 / 20 37 10 51

Email: pcrci@yahoo.fr

Site: www.revolutionproletarienne.net

LE PCRCI CONDAMNE LE MEURTRE DE L’ETUDIANT WILFRIED

KONIN

 

 

 

 

Certains étudiants ont renoué avec la condamnable pratique consistant à mettre leurs camarades à mort. L’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody a ainsi été le théâtre d’affrontements le jeudi 19 novembre 2015 entre des groupes d’étudiants pour des motifs futiles ayant occasionné la mort de l’étudiant KONIN Wilfried et causé de nombreux blessés. La cause du malentendu serait la gestion d’un quai d’autobus de la société de transport urbain, SOTRA et l’occupation de chambres en cité universitaire. Ce malentendu opposerait deux syndicats d’étudiants, la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) et l’Association Générale des Etudiants et Elèves de Côte d’Ivoire (AGEECI).

C’est le lieu de rappeler que le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI) qui est l’une des victimes notables de ces meurtres en milieu universitaire et scolaire ces dernières années avec l’assassinat du secrétaire général de sa jeunesse en la personne d’Abib DODO, a de tout temps dénoncé cette barbarie et appelé la justice à agir pour éviter l’installation de l’impunité des assassinats d’étudiants et d’élèves ; il a toujours encouragé les étudiants à exercer leurs activités syndicales et revendicatives sans attenter à la vie de qui que ce soit. Au-delà du cas Abib DODO, le PCRCI ne cesse de demander depuis longtemps que justice soit faite à toutes les victimes de ces atrocités, à savoir, Abib DODO, KONE Kignielman Jonas, KONE Mourlaye et bien d’autres. La justice n’a jusque-là pas bougé, mais le PCRCI ne renonce pas à sa stratégie de dénonciation de ces assassinats et à la demande que justice soit faite aux victimes.

Le PCRCI compte continuer le même combat pour la dernière victime en date, KONIN Wilfried qui, selon certaines versions serait militant de la FESCI. Le PCRCI insiste pour que la justice se décide enfin à mettre fin à l’impunité dont jouissent les auteurs de ces crimes. C’est cette impunité qui est un encouragement à la commission de nouveaux crimes comme celui du 19 novembre 2015.

Le PCRCI invite une fois encore les étudiants à s’inscrire dans les méthodes syndicales démocratiques, ce qui est largement à leur porté.

 

Abidjan le 23 novembre 2015.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire

 

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte D’Ivoire