Communiqué 42

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire

Siège social : Williams ville Sogefiha Bat C, Appt H 264

17 BP 1096 Abidjan 17; Tel: 23 01 22 99 / 20 37 10 51

Email: pcrci@yahoo.fr

Site: www.revolutionproletarienne.net

 

 

1ER MAI 2016-1ER MAI 2017, UNE ANNEE D’EXPLOITATION ET D’OPPRESSION ACCRUES DU PROLETARIAT ET DES MASSES POPULAIRES EN COTE D’IVOIRE

 

 

 

 

 

 

 

Le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI), parti de la classe ouvrière, des travailleurs et des opprimés, est heureux de s’adresser à vous ce 1er mai 2017, journée internationale des travailleurs, pour vous soutenir. Cette journée est célébrée partout dans le monde à l’exception des Etats Unis où la répression criminelle des ouvriers de Chicago le 1er mai 1886 est à l’origine de cette journée.

Depuis la deuxième moitié du 19ème siècle, les luttes du prolétariat international ont permis d’obtenir d’importants acquis sociaux. Mais, il reste encore beaucoup de combats à mener pour l’affranchissement total des travailleurs de l’exploitation capitaliste. Quels sorts ont été réservés aux travailleurs, cette année dans notre pays ? Ensemble faisons le bilan de nos luttes et prenons les engagements fermes pour conquérir de meilleures conditions de travail et de vie.

Sous le signe de la déréglementation générale, à savoir le remplacement des lois qui protègent les travailleurs par des lois qui renforcent l’exploitation et l’oppression de ceux-ci, le pouvoir Ouattara livre sans scrupule les travailleurs les mains liées au patronat. Les contrats à durée déterminée (CDD) sont monnaie courante pour tous les demandeurs d’emplois nouveaux. Ces travailleurs, sans droits, sans protection sociale, sans garantie d’emploi sont à la merci du patronat avec la bénédiction du gouvernement qui lui aussi fait travailler des instituteurs, de jeunes professeurs pendant un, deux, trois ans, sans soldes. Dans le privé, l’Etat proclame avoir fixé le SMIG à 60.000f. Mais ce SMIG qui ne peut même pas payer le loyer mensuel du travailleur, n’est pas honoré par beaucoup de patrons. Même des sociétés suscitées par l’Etat ne paient pas ce SMIG ; c’est le cas des braves dames et messieurs qui balaient les rues d’Abidjan sous la pluie et le soleil ardent.

Les fonctionnaires ont certes eu un déblocage des salaires, mais le gouvernement refuse de payer le stock d’arriérés qui leur sont dus. Il s’en est suivi en janvier 2017, des grèves dans tous les services de la fonction publique pendant trois semaines. Du jamais vu en Côte d’Ivoire ! BRAVO LES FONCTIONNAIRES !

Ce combat n’est pas terminé puisque le pouvoir use de ruses et des menaces contre les syndicats dans leurs justes revendications. Le combat solidaire de tous les corps de fonctionnaires a fait reculer le pouvoir sur certains points comme l’ordonnance de 2012 sur la retraite, dont l’objectif inavoué était d’accélérer la mort des retraités.

La lutte pour la satisfaction des revendications matérielles est indissociable de la lutte pour les libertés. Car sans liberté, le travailleur ne peut avoir ni syndicat, ni de droit de grèves. Le pouvoir veut enchaîner les travailleurs par des trêves sociales comme si les hauts bourgeois et le patronat pouvaient arrêter d’exploiter les travailleurs. Les travailleurs doivent dire non fermement !

A l’occasion de la célébration du 1er mai 2017, journée de souvenir et d’engagement, le PCRCI soutient les luttes des travailleurs et les invite à honorer la mémoire des martyrs de la classe ouvrière et des travailleurs, en luttant résolument contre le pouvoir au service de l’impérialisme et des apatrides.

Abidjan le 29 avril 2017

VIVE LE 1er MAI 2017

VIVE LE COMBAT DES OUVRIERS, DES TRAVAILLEUS, DES FONCTIONNAIRES !

 

 

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte D’Ivoire