Communiqué 43

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire

Siège social : Williams ville Sogefiha Bat C, Appt H 264

17 BP 1096 Abidjan 17; Tel: 23 01 22 99 / 20 37 10 51

Email: pcrci@yahoo.fr

Site: www.revolutionproletarienne.net

 

 

Déclaration du PCRCI suite au discours de Monsieur Ouattara

Aux travailleurs et aux peuples, le 1er mai 2017

 

 

 

 

 

 

Déclaration du PCRCI suite au discours de Monsieur Ouattara

Aux travailleurs et aux peuples, le 1er mai 2017

 

Le président Ouattara s’est adressé ce 1er mai 2017 aux travailleurs et aux peuples de Côte d’Ivoire. Ce 1er mai est selon lui spécial, parce que c’est le premier de la 3ème république. Pour les travailleurs c’est aussi un 1er mai spécial parce que face à la misère grandissante qui les ronge de toute part, ils attendaient « des mots de soulagement et d’espoir» de leur président. Les fonctionnaires rassemblés au sein de la plate forme et de l’intersyndicale, réunis en assemblée générale le mercredi 26 avril pour réclamer le stock d’arriérés de leurs salaires, ont jugé utile d’attendre le discours de leur président. Les paysans producteurs de café et de cacao, attendaient aussi que quelques décisions leur soient communiquées quant au sort de leurs produits livrés et non payés à ce jour ; les petits commerçants attendaient quelques gestes sur la fin des harcèlements fiscaux, les investisseurs d’agrobusiness attendaient eux aussi, un mot sur leur RSI, etc. Tous et toutes attendaient.

A tous et à toutes, il leur a dit dès l’entame de son discours, qu’il a beaucoup fait depuis qu’il est arrivé au pouvoir en 2011. Routes, écoles, hôpitaux, électrification, fourniture d’eau, réduction de la pauvreté, etc. Il a ajouté encore qu’il a offert généreusement à travers une ONG dirigée par son épouse 8,5 milliards à 115 000 femmes pour qu’elles se prennent en charge. Naturellement, il est satisfait de son bilan.

A toutes et à tous il a indiqué avec gravité qu’il n’est pas content des mouvements de protestations qui ont eu lieu. Révoltes des soldats, grèves des fonctionnaires, mouvements des paysans, etc. Pour lui il ne faut pas perturber la vie de la Côte d’Ivoire par des revendications. Le prince a parlé ! La 3ème république est en marche !

Aux paysans, Ouattara reconnait que sans eux, la Côte d’Ivoire ne serait pas ce qu’elle est. Sans leur demander de ce qu’ils pensent du nouveau prix du cacao, il les a remerciés pour avoir accepté ce prix qui passe de 1 100 à 700 le kg. Il n’a soufflé mots sur la crise qui a secoué le secteur, crise imputable à la rétention du fonds de garanti constitué pendant les années fastes où le cacao se vendaient à plus de 2 000 CFA le kg sur le marché internationale alors que l’Etat donnait moins de 60% de ce prix aux paysans. Il n’a pas dit un seul mot sur les produits livrés et non payés. Les paysans doivent donc se « débrouiller » avec les acheteurs véreux. Ils n’ont pas le choix sauf s’ils se révoltent. Mais là encore ils ont été avertis. Il ne faut pas « déranger la république » au travail.

Aux fonctionnaires Ouattara a dit qu’il leur a tout donné. D’ailleurs selon lui, ils sont les fonctionnaires les mieux payés de la sous région. Il a étalé tous leurs salaires sur la place publique, comme pour leur dire vous n’êtes que des ingrats. Pour les stocks d’arriérés, il leur indique sans détour, qu’il leur a tout payé, dès lors qu’il a débloqué généreusement leurs salaires bloqués depuis 25 ans. Néanmoins, pour faire du dilatoire, il leur demande de continuer à discuter avec ses ministres et de lui présenter un projet avant le 31 juillet. Entre temps ils doivent trouver un accord sur la trêve sociale dans la même période, comme pour dire je pourrai examiner ce dossier si et seulement si vous renoncez à vos grèves « sauvages ».

En résumé l’on peut paraphraser Monsieur le Président de la république en ces termes: Depuis 2011, je vous ai assez donné, laissez la république tranquille.

C’est pourquoi, le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire indigné par ce discours qui infantilise et méprise les travailleurs créateurs des richesses de ce pays

-Appelle les travailleurs à redoubler d’ardeur pour la défense de leurs droits et dans les revendications. Pas de trêve sociale des salariés, alors que le patronat et l’Etat ne se privent pas d’aggraver l’exploitation dont ils sont victimes, d’attaquer les acquis sociaux et syndicaux dont le droit de grève.

-Appelle les peuples de Côte d’Ivoire à accentuer la lutte politique pour une alternative politique en leur faveur.

 

Pour le PCRCI

Achy Ekissi

Secrétaire Général

 

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte D’Ivoire