Communiqué 51

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire

Siège social : Williams ville Sogefiha Bat C, Appt H 264

17 BP 1096 Abidjan 17; Tel: 23 01 22 99 / 20 37 10 51

Email: pcrci@yahoo.fr

Site: www.revolutionproletarienne.net

Déclaration relative à la répression sauvage du pouvoir Ouattara sur les douaniers de Côte d’Ivoire en grève pour de meilleures conditions de vie

 

En octobre 2017, le Renouveau Syndical des Douaniers de Côte d’Ivoire (RSDCI) a déposé un préavis de grève pour les revendications suivantes : paiement des arriérés de primes du premier trimestre 2015, audit de la Mutuelle des douaniers, réorganisation de la dite mutuelle avec une plus grande implication des agents, réorganisation du travail supplémentaire, etc.Après le refus du Directeur Général des Douanes de donner une suite favorable à ces revendications, le RSDCI a appelé les agents des douanes de Côte d’Ivoire à observer deux jours d’arrêt de travail les 17 et 18 octobre 2017. Cet arrêt de travail a été largement suivi sur toute l’étendue du territoire. Pris de panique par ce mouvement, le DG a mobilisé des centaines de gendarmes pour en découdre avec leurs frères d’armes les douaniers.

Cette grève, expression normale et légale des travailleurs en cas de rupture des négociations avec l’employeur, a été traitée comme une insurrection et a été ainsi sauvagement réprimée par la gendarmerie nationale. Le bilan fait état de plusieurs blessés graves et de plusieurs interpellations.

 

Le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire constate que, depuis son accession au pouvoir, face à toute revendication politique et sociale, le pouvoir Ouattara n’a que l’usage de la force comme solution. Sans remonter très loin, les répressions au cours des années 2016 et 2017 sont à rappeler. Le 28 octobre 2016 les partis politiques opposés à la constitution de type autocratique de la 3ème république ont organisé une marche de protestation de milliers de participants. Cette marche assimilée à une insurrection a été réprimée et a été suivie de l’interpellation des principaux dirigeants du mouvement. En novembre et décembre 2016, suite à la mévente du cacao, les paysans ont organisé des manifestations pour protester contre l’insouciance du Conseil Café Cacao face audrame que vivait cette couche populaire. Ces manifestations furent réprimées, les paysans protestataires furent jetés en prison comme de vulgaires bandits. En septembre 2017 les étudiants ont décidé d’une grève pour protester et dénoncer les rackets dans le secteur de l’enseignement, organisés par le ministère de l’éducation nationale en complicité avec des parents d’élèves véreux ; ces étudiants ont été battus à sang et beaucoup furent emprisonnés. Aujourd’hui ce sont les douaniers qui subissent un traitement digne des pouvoirs moyenâgeux où la libre expression et les manifestations publiques étaient assimilées à des crimes.

Chaque jour qui passe, le pouvoir Ouattara montre aux ivoiriens sa vraie nature : un pouvoir de prédation qui ne connait que les intérêts de son clan, un pouvoir loin des préoccupations des masses populaires, un pouvoir non respectueux des droits politiques élémentaires dans une république.

Au moment où les Douaniers subissent les coups de fouets de Ouattara, les dirigeants du Conseil Café Cacao et certains sous préfets menacent d’arrestation les paysans qui osent exprimer leur colère face au prix de 700 kg qui leur a été imposé. Les paysans de l’est sont l’objet de chantage honteux, tandis que ceux du centre ouest sont interdits de rassemblements. Les simples réunions de bureau des syndicats sont soumises à autorisation préalable des sous préfets.

 

C’est pourquoi, le Parti Communiste révolutionnaire de Côte de Côte d’Ivoire

-Dénonce la barbarie du pouvoir Ouattara sur le peuple en lutte

-Soutient sans réserve les luttes engagées par les douaniers, contre les vols de deniers publics, la rétention des primes des travailleurs par des chefs véreux

-Souhaite prompt rétablissement aux douaniers blessés

-Appelle les peuples de Côte d’Ivoire à s’engager fermement dans le combat pour une alternative révolutionnaire, seule issues pour une Côte d’ivoire émancipée.

 

Fait à Abidjan le 19 octobre 2017

Pour le PCRCI

Achy Ekissi

Secrétaire Général

 

 

 

 

 

 

 

 

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte D’Ivoire