Communiqué 5

Situation en Libye

 

LE PCRCI DENONCE L’AGRESSION CONTRE LE PEUPLE LIBYEN ET L’ASSASSINAT DE KADHAFI PAR L’OTAN

 

 

L’intervention de la coalition belliciste conduite par la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis d’Amérique vient d’aboutir à l’assassinat de Kadhafi le 20 octobre 2011 après le renversement de son régime. Suite à ce forfait, les auteurs font semblant d’être gênés. Ni le commandement de l’OTAN, ni les gouvernements français, anglais, américain, ni leur création, le Conseil National de Transition (CNT) n’ose assumer l’assassinat.

Après avoir jubilé le 20 octobre 2011 à l’annonce de la mort de l’ex-dirigeant libyen, le président français, Sarkozy fait des pas en arrière en déclarant le 21 octobre 2011 que nul ne peut se réjouir de la mort d’autrui. Le Secrétaire Général de l’O.N.U, pour sa part, a salué « une transition historique pour la Libye », le 20 octobre 2011. L’histoire permettra d’apprécier le caractère « historique » d’un tel acte d’agression.

Le Haut Commissaire des droits de l’homme de l’O.N.U, demande le 21 octobre l’ouverture d’une enquête. Pourquoi ce semblant de gêne ? Les puissances impérialistes veulent atténuer le sentiment général de dégoût largement répandu au sein des peuples africains en versant des larmes de crocodiles. Il est pourtant impossible de camoufler le fait qu’une mission sensée protéger les vies humaines s’est achevé dans un flot de sang avec en prime, un acte contre la personne de Kadhafi qui s’apparente à un crime de guerre. Tout laisse croire que Kadhafi a été capturé puis froidement abattu. Bien de personnes redoutaient certainement des révélations compromettantes de Kadhafi devant un tribunal.

Le peuple libyen avait-il entrepris de se défaire de son dictateur, Kadhafi ? Cela est possible, mais la prise du pouvoir par le CNT porté à bout de bras par l’OTAN qui a mené de bout en bout le combat pour le changement de régime Libyen est très loin d’incarner les intérêts du peuple libyen qui ne tardera pas à s’en rendre compte.

Il est clair que l’intervention de l’OTAN a visé à empêcher la contagion de la révolution tunisienne en Libye. Si le peuple libyen avait réellement commencé à prendre des dispositions pour faire la révolution, celle-ci vient de lui être volée. La lutte révolutionnaire du peuple libyen ne fait que commencer car il est abusif d’appeler révolution le coup d’Etat de l’OTAN et du CNT qui n’a servi que d’alibi.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire est engagé avec le peuple ivoirien en faveur de la révolution démocratique et anti-impérialiste et est prêt à apporter son appui aux initiatives similaires ailleurs en Afrique et dans le monde. Il dénonce par conséquent cette agression impérialiste contre le peuple libyen et condamne le lâche assassinat de Mouammar Kadhafi.

 

 

Abidjan, le 23 octobre 2011.

Le Comité Central

 

 

 

 

 

 

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte D’Ivoire