Déclaration PCRCI-PCB

COMMUNIQUE CONJOINT PCRCI ET PCB

COMMUNIQUE CONJOINT PARTI COMMUNISTE REVOLUTIONNAIRE DE COTE D’IVOIRE ET PARTI COMMUNISTE DU BENIN

 

Le 23 février 2014, s’est tenue à Cotonou une rencontre entre le P C R C I et le P C B en marge des manifestations organisées par l’INIREF-Bénin pour la célébration de la Journée Internationale de la Langue Maternelle et de la fête des peuples du Bénin.

Les deux partis ont échangé sur la situation internationale et sur les situations nationales respectives et dégagé les tâches qu’elles impliquent.

I- Sur la situation internationale.

1° La crise capitaliste mondiale intervenue en 2008 et dont les effets se poursuivent aggrave les conditions d’existence du prolétariat et des peuples du monde. Ce qui amène ceux-ci partout sur la planète à déployer de multiples formes de lutte en vue de leur libération.

2°- L’arrivée sur la scène mondiale des nouvelles puissances dites émergentes dont le noyau connu se concentre au sein du groupe des BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, accroît les rivalités inter-impérialistes avec la multiplication d’affrontements locaux sur des champs de domination ; ce qui constitue les éléments d’une guerre mondiale par procuration.

La première contre-offensive des puissances impérialistes classiques pour arrêter la montée des pays « émergents » a été la Libye. Elles y ont réussi à reprendre la main et ceci contre la Chine et la Russie en même temps que cela se réalisait contre les peuples africains. La France aurait gagné à l’issue de cette guerre 35% du pétrole libyen. La deuxième contre-offensive est la Syrie ; elles ont mordu la poussière face à la détermination du peuple syrien mais aussi à la politique de la Russie et de la Chine. Il en est de même pour l’évolution de la situation en Iran.

II- Sur le continent africain.

1°- L’Afrique est le concentré de toutes les contradictions mondiales: abondance de richesses inexploitées, misère criarde de la majorité de la population, convoitises des impérialistes, dominations culturelles, agressions militaires contre les peuples, installations de bases militaires dans certains pays pour servir de Bases Opérationnelles Avancées comme la Côte d’Ivoire, Djibouti. La lutte est rude entre les anciennes puissances et les nouvelles puissances qualifiées de puissances émergentes. Cette rivalité est à la base de tous les conflits dont les peuples africains sont les victimes.

2°- Pour protéger son « Pré-carré » francophone, l’impérialisme français recourt à la politique de l’occupation militaire directe de ses anciennes colonies. Les dispositifs militaires des impérialistes (français et américains- Africom- etc.) visent à quadriller l’Afrique avec les troupes d’agressions à travers les bases militaires de Djibouti, Tchad, Gabon, Côte d’Ivoire, Sahel, Golfe de Guinée etc. Ainsi désormais, Abidjan servira officiellement de base arrière pour agresser les peuples de la sous-région.

La dernière intervention militaire en date étant celle en cours en Centrafrique. Tous les prétextes sont bons pour intervenir dans les pays africains : « Chasser un despote qui refuse de reconnaître les résultats des urnes» pour la Côte d’ivoire ; «Aller au secours du peuple libyen en révolte contre le dictateur Kadhafi » pour la Libye ; « Aller combattre les jihadistes et rétablir l’intégrité territoriale » pour le Mali « Aller rétablir la sécurité et l’ordre et arrêter les massacres » pour la Centrafrique. La tactique de l’impérialisme est la même. Allumer l’incendie pour se donner le prétexte de venir l’éteindre. Or, l’on sait aujourd’hui que c’est l’intervention française en Centrafrique qui a exacerbé les rapports ethnico-religieux dans ce pays en désarmant les Seleka et en couvrant les crimes des milices dites Chrétiennes.

Le PCRCI et le PCB déclarent que l’impérialisme français et ses forces militaires sont les seuls responsables des massacres actuels des citoyens centrafricains et particulièrement ceux de confession musulmane et donc du génocide en cours dans ce pays.

Le PCRCI et le PCB et dénoncent et condamnent les agressions militaires de l’impérialisme international et particulièrement français qui se camoufle derrière les forces onusiennes et qui se comporte en pyromane pompier pour conserver son pré carré africain.

Ils rendent hommage à tous les Africains tombés sous les balles des agresseurs interventionnistes français que ce soit en Libye, en Côte d’Ivoire, au Mali, en Centrafrique etc. Et les déclarent héros et martyrs du patriotisme africain.

3°- Le PCRCI et le PCB se réjouissent des victoires remportées par le peuple tunisien frère sous la direction du Parti des Travailleurs et du Front Populaire de Tunisie pour la démocratie contre l’obscurantisme islamiste, et pour une Constitution démocratique.

Ils saluent par ailleurs le peuple nigérien frère qui se bat vaillamment contre le pillage des richesses minières en particulier l’uranium dont il est l’objet de la part du groupe AREVA et pour la souveraineté sur ses ressources naturelles.

III- La situation au Bénin comme en Côte d’Ivoire se caractérise par la domination sans partage de l’impérialisme français dont les monopoles contrôlent des pans importants des économies nationales (ports, banques, énergie,…).

1°- Au Bénin, Yayi Boni, après avoir mis à sac l’économie et les finances du pays vise à restaurer une dictature fasciste d’un autre âge. Ce contre quoi tout le peuple se lève pour lui faire barrage et instaurer un pouvoir des Travailleurs et des Peuples. Le PCRCI soutient fermement les luttes des travailleurs et de la jeunesse béninoise en cours pour leur émancipation totale et leur souhaite une issue heureuse

2°- En Côte d’Ivoire, sous le fallacieux prétexte de développement après le désastre de la période de guerre, le pouvoir Ouattara confisque les media d’Etat, bâillonne les libertés, veut interdire les organisations des étudiants et mettre à leur place des structures fantoches. Le Parti Communiste du Bénin soutient les luttes du peuple ivoirien et du Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire dans leur combat contre l’impérialisme français et contre le régime liberticide d’Ouattara pour sortir la Côte d’ Ivoire de la dépendance néocoloniale.

3°- Le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI) remercie Le Parti Communiste du Bénin (PCB) et l’INIREF-Bénin pour l’avoir invité aux manifestations de la commémoration de la Journée Internationale de la Langue Maternelle et à la fête des peuples du Bénin.

Le PCRCI et le PCB lancent au prolétariat, aux peuples, aux démocrates à la jeunesse l’appel suivant:

- NON AUX INTERVENTIONS MILITAIRES CONTRE LES PEUPLES !

- NON AUX BASES MILITAIRES ETRANGERES D’AGRESSION SUR LE SOL AFRICAIN !

- IMPERIALISME DEHORS !

Cotonou le 23 février 2014.

Pour le PCRCI Pour le PCB

GNAGNON Yokoré NOUDJENOUME Philippe.

 

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte D’Ivoire