Presse 2

PCRCI

EN MARCHE

 

PARTI COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE DE CÔTE D’IVOIRE

Siège: Williams ville Sogefiha Duplex Bat C, Appt. H 264 Route Macaci, face cite CRS

17 BP 1096 Abidjan 17- Tel: 23 01 22 99 / 20 37 10 51

E-mail: pcrci@yahoo.fr / Site Web: www.revolutionproletarienne. net

 

 

MESSAGE A LA NATION DU PRESIDENT ALASSANE OUATTARA DU 6 AOUT 2017 :

DECLARATION DE GUERRE AUX FONCTIONNAIRES ET SOLDATS EN LUTTE POUR LEUR BIEN ETRE SOCIAL

 

 

Le président Alassane Ouattara a adressé le traditionnel discours à la nation à la veille du 57ème anniversaire de l’indépendance de notre pays.

A l’entame de ce discours il a demandé à chaque ivoirien et à chaque ivoirienne de placer cette fête sous le signe de l’introspection et de la réflexion. Réflexion sur « les mauvais » comportements qui ont mis à mal son autorité personnelle et qui ont aussi terni l’image de la Côte d’Ivoire. Introspection pour que les fauteurs de troubles se repentissent et prennent l’engagement pour le bien de la république de ne plus s’adonner à de tels actes.

Quels sont ces « mauvais » comportements qui ont peiné le premier magistrat de notre république ? Sans détour, il cite les mutineries des soldats dans les casernes et les grèves des fonctionnaires.

Monsieur le président ne comprend pas, qu’après tant d’efforts gracieusement consentis au profit des fonctionnaires et des soldats, ceux-ci se rebellent et bloquent par des revendications «sauvages» la république de Côte d’Ivoire. Tout le reste du discours a été consacré à l’autocélébration de son pouvoir, aux promesses vagues sur les actions sociales au profit des couches populaires. La cerise sur le gâteau est l’appel qu’il a lancé aux peules de Côte d’Ivoire pour lui accorder une confiance totale.

Ainsi les fonctionnaires qui ont été privés d’une partie de leurs salaires pendant des dizaines d’années et qui revendiquent paisiblement le paiement de ces arriérés sont traités par Monsieur Ouattara de fauteurs de troubles. Ainsi des soldats, sont menacés de radiation alors que leurs revendications sont jugées « légales » par Monsieur Ouattara.

Comme toujours, le pouvoir tente de dénaturer les faits, de déplacer les problèmes, afin de refuser de faire face aux obligations de l’Etat qu’il dirige. Le pouvoir ne veut pas satisfaire les revendications sociales. Les fonctionnaires et les soldats sont avertis. Plus de revendications sous Alassane Ouattara, trêve sociale forcée pour les fonctionnaires, radiation pour les militaires sont les réponses à leurs préoccupations.

Pour une fête d’indépendance, ces menaces sont plutôt un appel à la mobilisation et à la lutte sans merci, pour l’obtention de meilleures conditions de vie.

 

Abidjan le 10 aout 2017

 

Pour le PCRCI

Achy Ekissi Secrétaire Général

 

 

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire