PROGRAMME DE GOUVERNEMENT DU PCRCI ET DE SES ALLIES AUX ELECTIONS PRESIDENTIELLES D’OCTOBRE 2015 EN REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE

 

Introduction

 

Les peuples de Côte d’Ivoire luttent depuis plusieurs années pour parvenir à une forme de gouvernement conforme à leurs aspirations. A certaines étapes, leurs luttes ont revêtu un caractère insurrectionnel face aux forces impérialistes et à leurs alliés qui les oppriment. Il en a été ainsi pour faire comprendre à l’ancien colonisateur que son système était révolu et qu’il fallait le dépasser ; ce qui aboutit à l’indépendance juridique de 1960. En 1990, les peuples de Côte d’Ivoire ont encore été amenés à s’insurger pour obtenir l’ouverture de la compétition politique pour la prise et l’exercice du pouvoir d’Etat à tous les courants d’idées. Ils ont une fois de plus dû s’insurger en 1995 contre les conditions d’élections entièrement favorables à la haute-bourgeoisie au pouvoir.

 

La période 1999 à 2011 a aussi vu le déploiement de l’énergie et de l’héroïsme des travailleurs et des peuples, toujours avec la ferme volonté de parvenir à la mise en place d’un pouvoir pour leur propre compte. Mais dans cette période, les luttes des peuples ont été utilisées par l’impérialisme et la haute bourgeoisie pour régler leurs contradictions en vue de maintenir et renforcer le pouvoir néocolonial.

 

Ainsi, alors que le paradigme officiel de la haute bourgeoisie au pouvoir est « la paix pour le développement permettant l’émergence », les événements de cette période ont-ils montré l’utilisation de la violence réactionnaire la plus extrême dans la conquête du pouvoir d’Etat par la haute bourgeoisie qui a recouru aux armes pendant la crise postélectorale de 2010-2011.

 

La lutte des travailleurs et des peuples de Côte d’Ivoire se poursuit donc à travers une succession d’insurrections associée aux compétitions électorales, dans la recherche d’un gouvernement à même de résoudre les questions essentielles qui se posent. Il est communément admis que la sortie des difficultés inhérentes à la prise et l’exercice du pouvoir dans notre pays requiert des élections bien organisées, ouvertes et transparentes. Le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI) ajoute que ces élections doivent permettre de résoudre les questions fondamentales qui sont sans solutions à ce jour. Ces questions non résolues génèrent des insatisfactions qui aboutissent aux difficultés constatées.

 

Le PCRCI décide de ne pas ignorer ces luttes des travailleurs et des peuples de Côte d’Ivoire qui contribuent à forger leur caractère. Le combat du PCRCI est conforme à son paradigme, à savoir la lutte avec les opprimés pour la mise en place du pouvoir des travailleurs et des peuples de Côte d’Ivoire pour maîtriser leurs choix politiques et économiques pour un avenir meilleur. Les élections générales de 2015 donnent l’occasion au PCRCI, à travers une participation pleine et entière à ces échéances, d’offrir au peuple ivoirien la possibilité de progresser sur le chemin de la réalisation de ses aspirations fondamentales à la liberté, la dignité, la souveraineté et au bien-être social.

 

A l’observation, les raisons de l’insatisfaction du peuple sont nombreuses.

 

L’échec des pouvoirs successifs depuis 1960 à résoudre les problèmes essentiels du pays sur le plan politique, économique, culturel et social. Les orientations stratégiques adoptées par ces pouvoirs n’incitent pas à l’optimisme pour la résolution future de ces problèmes ; notamment, rien n’est fait pour permettre au peuple de Côte d’Ivoire de s’émanciper de la domination des puissances étrangères, de l’emprise de l’impérialisme français en particulier ; l’impérialisme français qui impose au peuple ivoirien ses solutions politiques et culturelles et qui maintient sur le sol ivoirien une armée d’occupation. Après cinquante-cinq ans d’indépendance, l’armée nationale reste sous-équipée et mal préparée à assumer ses missions. La sécurité de notre pays est encore assurée par des armées étrangères.

 

Dans un tel contexte, les initiatives du peuple ivoirien sont contrariées au profit de celles des pays dominants. Son génie propre, c’est-à-dire sa capacité à inventer, à créer, à innover pour son bien-être et sa capacité à contribuer à la culture universelle, sont étouffés.

 

La langue française est imposée en tant que langue officielle. Tous les peuples de Côte d’Ivoire sont dépossédés de leurs cultures et de leurs langues. Les valeurs positives de nos us et coutumes susceptibles de constituer le socle sur lequel doit reposer notre aspiration au progrès maîtrisé par la volonté nationale se perdent les unes après les autres.

 

La constitution anti-démocratique adoptée sous le régime militaire en 2000, constitution sur laquelle repose l’actuelle seconde République continue d’être une source d’insatisfaction du peuple. Toutes les promesses de modification qui ont été faites par les pouvoirs de la Refondation et du RHDP n’ont pas été réalisées à ce jour. Cette constitution proclame un certain nombre de libertés individuelles et collectives dont l’exercice est contrarié par les institutions d’essence autocratique prévues par cette même constitution. Cette constitution confère des pouvoirs exorbitants au président de la république, ce qui vide les autres institutions, tels que le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire de tout contenu. En définitive, cette constitution, censée faire évoluer la Côte d’Ivoire vers la modernité, a servi à semer les germes des conflits qui ont défiguré la nation.

 

La justice est ainsi incapable de pleinement jouer son rôle dans l’indépendance nécessaire. La lutte contre les crimes politiques et économiques est de ce fait rendue impossible.

 

L’économie est extravertie. Elle est dominée par les capitaux de la bourgeoisie impérialistes. Elle est de plus basée principalement sur l’agriculture d’exportation et est donc lourdement dépendante des conditions des marchés extérieurs. La production agricole est perturbée, par moments, par des conflits dont la principale cause est la faillite de la politique d’accès à la terre et l’absence d’une politique d’immigration et d’intégration claire des populations. Les bourgeois bureaucratiques et les multinationales s’accaparent les terres déclassées, tandis que les paysans pauvres ou moyens sont lésés ou doivent suivre le parcours du combattant pour avoir quelques portions de terre. Dans le domaine des terres coutumières, c’est l’imbroglio total. Des cessions selon les règles coutumières ont eu lieu en particulier, entre ivoiriens et entre ivoiriens et étrangers. Ces cessions n’ont pas respecté les formalités juridiques modernes qui permettent de protéger les acquéreurs et leurs héritiers. Beaucoup de conflits fonciers ont éclaté ces dernières années entre villages, entre familles, entre ivoiriens et entre étrangers et ivoiriens.

 

La nouvelle loi sur le foncier rural au lieu de s’attaquer aux maux ci-dessous énumérés (non démocratisation de l’accès à la terre, non préservation des intérêts de ceux qui travaillent la terre, non sécurisation des investissements ruraux, etc.) a plutôt créé les conditions de nouveaux affrontements. L’agriculture ivoirienne souffre aujourd’hui d’un manque de politique cohérente d’accès à la terre et de la faible mécanisation.

 

Cette économie est privée de l’instrument monétaire utilisé dans tous les pays souverains pour accélérer le développement. Le franc des Communautés Financières d’Afrique ou Franc CFA qui a cours est rattaché à l’Euro, la monnaie européenne par l’intermédiaire du Trésor public français. Ce franc CFA dont la gestion échappe en grande partie aux pays qui l’utilisent ne peut pas servir au financement des activités économiques.

 

Ainsi donc, la faillite des pouvoirs pro-impérialistes successifs depuis 1960 explique-t-elle le maintien de la Côte d’Ivoire dans une situation d’arriération. Les politiques à l’origine de cette situation continuent d’être maintenues avec le pouvoir RHDP dirigé par Ouattara. Ce pouvoir envisage de se maintenir à la faveur des élections annoncées. Pour mettre fin à cette politique incapable de sortir la Côte d’Ivoire du sous-développement, une alternative est indispensable. Cette alternative permettra d’éviter les illusions engendrées par la promesse du gouvernement Ouattara de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent en 2020. Rappelons que tous les pays actuellement émergents ont, entre autres décisions stratégiques, refusé les plans d’ajustement structurel et autres programmes des institutions financières internationales, ce qui n’est pas le cas du gouvernement actuel. Or ces programmes enlèvent la maîtrise des décisions importantes relatives aux orientations économiques en entrainant la confiscation des entreprises nationales et matières premières stratégiques aux pays qui les appliquent.

Le présent programme de gouvernement, représentant quelques aspects du programme minimum du Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire, est proposé par ce Parti pour servir d’outil à toutes les forces sociales et politiques luttant pour la souveraineté populaire et désireuses de sortir la Côte d’Ivoire de la domination extérieure, de lui donner les moyens de décider de sa destinée afin de la mettre sur le chemin de l’émancipation et du progrès.

 

Programme pour une Côte d’Ivoire émancipée

 

La victoire du PCRCI et de ses alliés aux prochaines élections ouvrira la voie à la mise en place d’une république démocratique indépendante moderne (RDIM). Le gouvernement mis en place aura l’autorité nécessaire pour engager des transformations profondes sur les plans institutionnels, économiques et socio-culturels qui feront de la Côte d’Ivoire un pays émancipé

 

A- L’Erection d’institutions démocratiques.

 

Pour ce faire le gouvernement mis en place :

 

1.Abrogera la constitution actuelle, convoquera une constituante qui mettra en place une constitution socle de la république indépendante démocratique et moderne (RDIM) qui garantira en particulier:

a.La totalité du pouvoir suprême d’Etat aux représentants du peuple, élus par le peuple, formant une seule assemblée qui fait les lois, désigne le chef du gouvernement et contrôle l’action gouvernementale ; l’élection des députés de l’assemblée nationale, des assemblées locales et les élus de tous les autres organes d’autonomie administrative locale, au suffrage universel, égal et direct, par tous les citoyens ayant au moins dix-huit ans révolus, au scrutin secret; l'éligibilité de tout électeur à toutes les élections; la révocabilité à tout moment de tous les élus sur décision de la majorité des électeurs ; la représentation proportionnelle; la durée du mandat pour toutes les élections à cinq ans renouvelable.

b.L’institution d’une cour constitutionnelle juge des élections, juge de la conformité des lois nationales et locales avec la constitution; l’institution d’une Haute Cour de Justice compétente pour juger les membres du Gouvernement à raison des faits qualifiés de crimes ou délits commis dans l'exercice de leurs fonctions;

c.La large application de l’autonomie administrative locale des régions ou la décentralisation du pouvoir, donnant aux peuples des différentes régions les moyens institutionnels, politiques, économiques et financiers de s’auto-administrer.

d.L’érection de nos langues en langues officielles et en langues d’instruction.

e.La protection et le droit d’asile politique à tous ceux qui sont menacés dans leur intégrité physique pour des raisons politiques.

f.La non prescription des crimes politiques, économiques et des viols.

g.La reconnaissance à toute personne du droit de poursuivre tout fonctionnaire devant les tribunaux.

h.Le contrôle populaire de toutes les entités administratives et de production de l’Etat.

i.L’interdiction de l’installation de toute armée étrangère sur le sol national et de l’utilisation du territoire par un autre pays pour des actions militaires.

 

B- La libération de la nation de l’emprise de l’impérialisme

 

Condition pour jeter les bases d’une nation prospère, celle-ci passe par

Au plan politique :

2.La rupture des accords qui aliènent notre souveraineté.

3.La promotion d’une coopération avec les autres Etats, les groupements de pays sur la base du respect mutuel et des avantages réciproques.

Au plan militaire :

4.L’abrogation de tous les accords de défense portant atteinte à la souveraineté nationale, départ des forces armées étrangères, fermeture de la base militaire française de Port-Bouët;

5.La mise en place d’une armée républicaine au service de la nation, avec la création d’une académie militaire.

Au plan économique :

6.La maîtrise par l’Etat et les initiatives nationales des bases économiques qui incarnent la domination impérialiste. La nationalisation sera le moyen privilégié pour la maîtrise des entreprises qui présentent un caractère stratégique pour l’Etat.

7.La passation aux mains de l’Etat du commerce extérieur des principaux produits agricoles, des produits pétroliers, miniers, forestiers…..

8.La création d’une monnaie commune régionale avec les pays de la CEDEAO ou à défaut la création d’une monnaie nationale indépendante des monnaies des autres pays ou groupement de pays.

Au plan culturel :

9.La promotion de l’usage de nos langues nationales comme langues officielles et langues d’instruction. L’adoption d’une politique à cet effet permettra l’instruction des adultes en les langues nationales puis de l’instruction des jeunes en ces langues.

 

C- La promotion de lois conformes à l’évolution de notre société

 

Consistera dans :

10.La révision de la loi sur la décentralisation, définissant les entités administratives campement, village, ville, commune, sous-préfecture, département, région, etc. avec leurs compétences respectives ; la loi définissant les pouvoirs des institutions locales, avec leurs compétences, leur relation avec le pouvoir exécutif central et l’assemblée nationale.

11.Une loi organisant la chefferie traditionnelle et définissant ses compétences dans la gestion administrative locale et nationale.

12.Une loi instituant l’élection des juges, des directeurs des entreprises à participation financière majoritaire de l’Etat ; leur révocation à tout moment sur décision de la majorité de leurs électeurs.

13.Une loi sur la gestion des biens publics et le contrôle populaire de cette gestion.

14.La refonte du code de nationalité qui sera fondé sur le droit du sol

15.Une loi sur l’immigration fondée sur le respect de la vie humaine et des droits humains de tous ceux qui vivent sur notre territoire, qui pénalise le chauvinisme et la xénophobie.

16.Une loi légalisant l’avortement.

 

D- La construction d’une économie moderne au service du peuple

 

Basée sur :

17.La réorientation de l’économie vers plus d’industrialisation avec une importance accrue accordée à l’industrie lourde ; développement des infrastructures de bases (énergie, eau, routes, aménagements ruraux et urbains) sur la base d’un plan conçu avec la participation des pouvoirs locaux. Création à cet effet d’entreprises nationales dans les secteurs suivants : routes, ponts et autres ouvrages de transport, aménagements ruraux, aménagement urbains ; développement des secteurs économiques de l’industrie, du commerce, des services, des banques et assurances, etc. par l’Etat et ou le privé sur la base d’une planification. Réorganisation et réorientation des banques à capitaux nationaux pour leur conférer plus de moyens pour atteindre les objectifs de développement ; développement d’une politique volontariste d’autosuffisance en vivriers, en viande, en produits halieutiques, en fruits, en légumes. Pour atteindre cet objectif, réorganisation, réorientation des structures d’Etat afin de leur donner plus de moyens pour relever le défi de la production et de la commercialisation des produits vivriers, légumes et fruits ; création d’une société nationale pour le secteur de l’élevage et des produits halieutiques, et d’une société nationale dans le domaine des céréales.

18.La promotion de l’initiative privée nationale de même que des coopératives pour moderniser, mécaniser l’ensemble de la production agricole, moderniser également le commerce et le transport, le tout par la mise en place de cadres juridiques incitatifs, la facilitation des procédures administratives de création, d’installation, etc.

19.Le recouvrement des impôts dus à l’Etat et des créances politiques.

20.Le rapatriement de tous les avoirs placés à l’étranger par les hauts bourgeois.

 

E-La mise en place d’instruments pour une gestion sociale au service du peuple

 

Reposera sur les axes suivants :

21.La promotion d’une politique de santé pour tous, basée sur le développement de l’hôpital public, le développement de la médecine préventive et la coopération entre la médecine moderne et la médecine traditionnelle.

22.La promotion d’un habitat rural et urbain moderne accessible aux masses populaires, utilisant les techniques et les matériaux locaux.

23.La promotion des plans directeurs de développement et d’urbanisation des villages et villes.

24.La proposition d’une loi interdisant des allocations de pension inférieure au SMIG ou au SMAG

 

F-La mise en place d’instruments pour une culture émancipée avec le concours des intellectuels traditionnels et des intellectuels modernes

 

Les intellectuels modernes et traditionnels sont les lanternes et les têtes pensantes de nos sociétés. Afin de poser les bases scientifiques et technologiques de développement du pays, le gouvernement mis en place par le PCRCI et ses alliés:

 

25.Mettra en place l’académie des sciences, des arts et de la culture afin de favoriser la mise au jour de nos richesses culturelles enfouies par des siècles de domination étrangère. Cette mesure visera à renforcer l’Académie des Sciences des Cultures d’Afrique et de la Diaspora (ASCAD).

26.Promouvra la recherche scientifique et technologique pour répondre aux besoins du pays et aux préoccupations des masses populaires.

27.Promouvra l’instruction en langues nationales, l’usage de ces langues dans la recherche scientifique et technologique, les administrations publiques et les affaires.

28.Promouvra les arts et le sport.

 

G-Des mesures spécifiques en faveur des travailleurs salariés

Comprenant :

29.Leur contrôle sur la gestion des entités administratives et de production de l’Etat.

30.La réforme du statut général de la fonction publique et du code du travail pour une meilleure protection des intérêts des travailleurs en général, des revenus salariés et des emplois en particulier, et pour garantir pleinement les libertés syndicales.

 

H-Des mesures spécifiques en faveur des paysans

Comprenant :

 

31.L’abrogation de la loi sur le foncier rural de 1998 et son remplacement par une autre loi foncière rurale qui aura pour objectif de donner la terre à ceux qui la travaillent, de définir les conditions équitables et démocratiques d’accès à la terre et mettant à la charge de l’Etat l’’immatriculation des terres des paysans. Un fonds sera créé à cet effet.

32.La mise en œuvre d’une politique volontariste d’autosuffisance en vivriers, en viande, en produits halieutiques, en fruits, en légumes par la promotion de coopératives de production, l’aide à la mécanisation, la mise à dispositions de semences et des résultats des découvertes scientifiques dans le domaine de l’agriculture vivrière et de l’élevage, et la mise en place d’un cadre simplifié pour la création et la gestion de ces structures.

33.La prise en charge de la commercialisation extérieure des produits agricoles.

34.La promotion d’un cadre de vie moderne à la campagne et le droit à la retraite,

35.La création d’écoles techniques dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, de la reforestation, des techniques agricoles, de l’engineering agricole.

 

I-Des mesures en faveur des petits transporteurs, commerçants et des artisans

 

36.Le gouvernement du PCRCI et ses alliés engagera l’encadrement de ces groupes. Il mettra à leur disposition des fonds par le biais des banques d’Etat pour développer leurs activités ; il créera à leur intention des structures de formation et de perfectionnement.

37.Au plan social, le gouvernement du PCRCI et ses alliés mettra en place la retraite en faveur des petits transporteurs et commerçants, des artisans.

 

J-Des mesures en faveur des entrepreneurs nationaux

 

38.Les entrepreneurs nationaux constituent la couche de la population sur qui repose le savoir-faire industriel, commercial et des services. Le gouvernement mis en place par le PCRCI et ses alliés, créera les conditions pour l’octroi des facilités aux entrepreneurs nationaux.

 

39.Le gouvernement mis en place par le PCRCI et ses alliés instituera dans le code des marchés publics une clause de préférence en faveur des entreprises nationales.

 

 

K-Les mesures en faveur des femmes

Le gouvernement du PCRCI et ses alliés prendra en faveur de femmes les mesures suivantes:

 

40.Dans la refonte du statut général de la fonction publique et du code du travail, il sera garanti les droits spécifiques des femmes et la mise en place des mécanismes pour favoriser la parité entre genres.

41.Dans la loi sur le foncier rural il sera indiqué que le droit de succession sera appliqué sans discrimination basée sur le genre.

42.Une loi sera prise pour criminaliser le viol.

43.Une loi sera prise pour la légalisation de l’avortement.

44.Une loi exigera des employeurs l’installation de crèches pour les enfants de leurs employés.

45.La promotion de l’emploi des femmes par la lutte contre la discrimination basée sur le genre dans tous les emplois salariés et dans la création d’entreprises privées.

 

L-Les mesures en faveur des jeunes

Le gouvernement du PCRCI et ses alliés prendra en faveur des jeunes les mesures suivantes :

 

46.L’école gratuite et obligatoire pour tous les enfants jusqu’à l’âge de 16 ans,

47.La création d’universités dans chaque région.

48.La promotion de l’école publique

49.La création d’écoles techniques en particulier dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de la reforestation, des techniques agricoles, de l’engineering agricole, de l’artisanat, de l’agro-industrie.

50.La garantie de stages aux élèves et étudiants entrant dans le cycle de formation.

51.La promotion de l’emploi des jeunes par la création d’emplois par l’Etat dans les différents secteurs sociaux, dans l’agriculture, l’industrie, la recherche scientifique et technologique ainsi que par le biais des investissements privés nationaux et étrangers, par la création des coopératives de production, de commercialisation, de services.

 

Le Comité central du Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire

Fait à Abidjan, le 22 juin 2014.

 

 

APPEL SOLENNEL DU COMITE CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE REVOLUTIONNAIRE DE COTE D’IVOIRE (PCRCI)

 

aux peuples de Côte d’Ivoire, aux ouvriers et autres travailleurs salariés, aux paysans, aux entrepreneurs nationaux, aux intellectuels traditionnels et intellectuels modernes, aux femmes, aux jeunes, aux anti-impérialistes, patriotes et démocrates.

 

Le PCRCI dit à tous et à chacun, allez-y, avec détermination pour faire gagner tous les candidats que présenteront le PCRCI et ses alliés aux prochaines élections sous la bannière du présent programme. Il s’agit d’un programme répondant aux préoccupations vivantes des masses travailleuses et des peuples de Côte d’Ivoire. En cas de succès aux élections, le PCRCI et ses alliés mettront en place une République Démocratique Indépendante et Moderne et le gouvernement correspondant. Alors, le PCRCI demande à tous de tourner le dos aux attitudes de désespoir, car avec la conviction, l’engagement et l’héroïsme nécessaires, la victoire est inéluctable. De façon spécifique, le PCRCI dit :

 

Peuples de Côte d’Ivoire

 

-Saisissez-vous du programme de gouvernement du Parti Communiste Révolutionnaire et de ses alliés, votre propre programme ;

-Mobilisez toutes vos ressources morales, matérielles pour faire de ce programme la lanterne dont les travailleurs auront besoin pour que la Côte d’Ivoire s’émancipe

-Organisez des combats multiples et multiformes sur la base de ce programme pour le progrès social, la prospérité, la modernité, la paix ;

-Faites preuve de prodige en matière d’organisation pour déjouer toutes les entraves à l’expression des suffrages en formant partout des comités de soutien.

 

Ouvriers et autres Travailleurs salariés

 

-Assimilez ce programme qui est le vôtre, pour en être les dépositaires et les propagandistes les plus sûrs sur vos lieux de travail, dans vos quartiers, vos usines et mettez en place des comités de lutte pour le défendre.

-L’exploitation et l’oppression que vous subissez ne sont pas une fatalité, engagez des luttes, seuls gages des victoires futures.

 

Paysannes et Paysans

 

-Soutenez ce programme qui propose des solutions pour une modernisation de votre activité, la sécurité de vos terres, le contrôle de votre production et un meilleur cadre de vie.

 

Artisans, Commerçants, Transporteurs

 

-Défendez ce programme, outil pour combattre les rackets et l’oppression que vous subissez de la part de fonctionnaires véreux, et pour la modernisation de vos activités.

 

Entrepreneurs nationaux

-Soutenez ce programme, qui jette les bases d’un développement durable de vos activités, par l’institution dans le code des marchés publics d’une clause de préférence en faveur des entreprises nationales.

 

Intellectuels traditionnels et Intellectuels modernes

-Votre engagement pour le rayonnement culturel de notre pays est connu ; engageons ensemble le combat pour une révolution culturelle dans notre pays afin de le propulser de l’avant en enrayant l’analphabétisme, en engageant l’alphabétisation des adultes dans leurs langues et l’instruction en leurs langues pour les enfants, en nous impliquant dans la recherche scientifique et technologique au service de nos peuples ; soyez les ambassadeurs de ce programme.

 

Femmes

-Vous subissez injustement l’asservissement, le traitement inégal, l’exploitation. Ce programme est le rempart contre ces maux. Soutenez le et faites en une arme pour votre émancipation.

 

Jeunes

-Appropriez-vous ce programme pour en faire un instrument de combat contre l’impérialisme.

-Déployez toute votre énergie pour rejeter l’ordre néocolonial défendu par les hauts bourgeois et qui vous avilit.

-Engagez-vous résolument dans la lutte contre le tribalisme, le chauvinisme, la xénophobie, la corruption, les passes droits ; soyez partout le fer de lance pour la construction d’une Côte d’Ivoire nouvelle.

 

Démocrates, Patriotes et Anti-impérialistes

 

-Le succès du présent programme passe par l’engagement de chacun et de tous : la classe ouvrière, les femmes, les jeunes, les couches sociales exploitées et opprimées par le néocolonialisme, et vous, les démocrates, les patriotes, les anti-impérialistes; vous ne cessez de vous battre contre l’arbitraire, l’injustice, les attaques de l’impérialisme ; ce programme est un appel à faire avancer la Côte d’Ivoire vers l’émancipation complète. Soutenez-le.

 

En avant pour la victoire des travailleurs et des peuples !

 

Le Comité central du Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire

Fait à Abidjan, le 22 juin 2014.

 

 

 

 

PARTI COMMUNISTE REVOLUTIONNAIRE DE COTE D’IVOIRE

TEXTES ADOPTES AU QUATRIEME CONGRES ORDINAIRE DU 1ER SEPTEMBRE 2012

 

 

 

 

Conférence de presse sur le référendum constitutionnel