USYPACI 2

Le mouvement paysan en marche

Lettre ouverte à

Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre de l’intérieur et de la décentralisation

Monsieur le Ministre de l’Agriculture

Madame la présidente du Conseil café-caco

 

Mesdames et messieurs,

Le mercredi 8 février 2017, le Secrétaire Général de l’USYPACI, Monsieur Kouamé Emmanuel a été convoqué par Monsieur le Sous Préfet de Saioua, devant une assemblée composée des présidents de coopératives et des acheteurs café-caco, du responsable de l’ANADER, du responsable du Conseil café cacao, du chef de la communauté Baoulé, du commissaire de police de la dite ville. Devant cette assemblée, Monsieur le Sous préfet a demandé à Monsieur Kouamé Emmanuel d’annuler l’Assemblée Générale de l’USYPACI prévue pour être tenue le vendredi 10 février 2017 à Saioua. Monsieur le Sous préfet dit avoir reçu des instructions fermes du ministère de l’intérieur et de la décentralisation et du Conseil café Cacao, pour l’interdiction de cette Assemblée Générale, qui selon lui « n’a pas eu d’autorisation préalable du sous préfet, du conseil café-cacao, du commissaire de police ». Celle-ci aurait pour but d’organiser une marche des paysans producteurs de café cacao de la sous préfecture de Saioua contre le gouvernement et le conseil café- cacao.

Malgré les explications du Secrétaire Général de L’USYPACI pour démentir la tenue d’une manifestation ayant pour but d’organiser une marche des paysans contre le gouvernement et le conseil café cacao, Monsieur le Sous préfet a maintenu sa décision d’interdiction de la tenue de cette Assemble Générale, a proféré des menaces d’arrestation contre Monsieur Kouamé Emmanuel au cas où celui-ci n’obéirait pas à cet ordre et ne prendrait pas les dispositions nécessaires pour annuler le rassemblement. Il lui fit ordonner de suspendre toute activité de son syndicat jusqu’au 31 décembre 2017, en raison, selon Monsieur le Sous préfet de la « situation socio politique ». Il fut conduit par la suite au commissariat de police pour être entendu.

Le secrétaire Général du syndicat dût faire diffuser sur les radios locales l’interdiction du rassemblement par le sous préfet. Il dût également prendre les dispositions nécessaires le vendredi 10 février pour faire retourner les nombreux paysans qui se sont déplacés pour cette Assemblée Générale.

Mesdames et messieurs,

Nous indiquons à toute fin utile que cette Assemblée Générale avait pour invitées toutes les personnalités présentes ce jour au bureau du sous préfet. Cette Assemblée Générale devait se tenir non sur la voie publique, mais au foyer des jeunes, un lieu privé appartenant à la mairie. Les invitations ont été distribuées depuis le 3 février 2017. Cette Assemblée Générale devait traiter deux questions : (1) Le non paiement aux paysans des livraisons de leurs produits depuis novembre 2016, point ayant fait l’objet de rencontre entre les syndicats des producteurs dont l’USYPACI, le ministère de l’agriculture et le conseil café cacao le 2 février 2017 à l’Hôtel IBIS plateau, (2) les questions d’organisation du syndicat.

Nous rappelons que l’USYPACI est un syndicat légal, régi par la loi sur les associations de la république de Côte d’Ivoire, loi qui n’exige nulle part l’obtention d’une autorisation préalable pour les manifestations (réunions, grèves, marches).

Nous notons que face aux maux dont souffrent les paysans producteurs de café cacao, le conseil café cacao, au lieu d’apporter des réponses idoines, a décidé de réprimer les organisations paysannes qui osent réfléchir et sensibiliser leurs membres sur la crise qui sévit dans ce secteur. L’interdiction de cette Assemblée Générale de l’USYPACI, les intimidations et menaces d’arrestation de son Secrétaire Général sont des violations grossières et graves de la liberté syndicale que ne saurait accepter notre syndicat.

Aussi, l’USYPACI

-Refuse de s’inscrire dans la suspension de ses activités décidée par le ministère de l’intérieur et le conseil café- cacao

-S’insurge contre les violations de ses droits syndicaux garantis par les lois de la République de Côte d’Ivoire;

- Proteste contre le ministère de l’intérieur et le conseil café cacao pour avoir instruit le Sous préfet de Saioua d’interdire son Assemblée Générale, de menacer son secrétaire Général

-Prend à témoin l’opinion nationale et internationale sur les menaces qui pèsent sur l’USYPACI et ses dirigeants.

-

A Saioua le 13 février 2017

 

Pour le Bureau Nationale de l’USYPACI

 

Le Secrétaire Général

 

Kouamé Emmanuel

 

 

 

Parti Communiste Révolutionnaire de Côte D’Ivoire